Jetons non fongibles pour les nuls

Ce #PayDecoding, Jetons non fongibles pour les nuls (NFT) vous aide à sauver les apparences devant vos enfants… et à pousser votre expertise un peu plus loin !

 


 

Un NFT (Non-Fungible Token) dans sa forme la plus simple est une œuvre d’art (ou, plus généralement, tout actif numérique) avec une forme de signature numérique.
Picasso, Renoir, Dali, toutes leurs œuvres authentiques peuvent être attribuées à leur signature réelle sur la toile ou leur sculpture. Des experts peuvent vérifier quelle pièce est authentique.

Mais comment les artistes numériques peuvent-ils signer leurs œuvres si tout peut être copié et collé sur n’importe quel site ?

C’est là que la blockchain entre en jeu.

La technologie utilisée pour créer une signature NFT implique un réseau entier d’ordinateurs qui lisent et approuvent les transactions et les données.

Il s’agit, tout simplement, d’une forme de grand registre sécurisé, qui permet de créer une signature numérique comme preuve de son auteur et qui donne d’autres informations essentielles sur l’oeuvre.

Les NFT sont généralement uniques, ou du moins d’une série très limitée, et possèdent des codes d’identification uniques. Ce qui compte, c’est la rareté numérique.

Ils peuvent prendre des formes très différentes, notamment : art digital, vêtement de mode virtuel, GIF, avatar, habillage de jeux, objet de collection, vidéo, oeuvre musicale, poésie, écrit, etc.

En 2021, on constate une très forte augmentation de l³’appropriation des NFT par les artistes de toutes sortes (compositeur, illustrateur, plasticien, designer, …) et par les marques qui anticipent le développement des métaverses.

Ces dernières mois, Nike, puis Adidas, ont annoncé le lancement de nouvelles collections, en accès exclusif, avec des NFTs achetables en crypto-monnaies, accessibles dans le monde du métavers.

“Des produits physiques connexes, comme un sweat-shirt spécifique, seront également disponibles à la vente pour les membres de ce club restreint qui auront acquis ces NFTs pour 0,2 ETH (Etherum, soit près de 700 euros) par unité.”

Mais les NFT ne sont pas nécessairement conçus pour gagner de l’argent :

  • Le groupe de supermarchés Carrefour l’utilise pour garantir la traçabilité sécurisée et infalsifiable de produits comme les poulets d’Auvergne, par exemple.
  • L’application Ownest.io propose de suivre la propriété sur les chaînes d’approvisionnement (supply chain).
  • Dans l’éducation, certaines écoles (EM Lyon, plusieurs lycées en Italie, …) proposent de certifier leurs diplômes avec des NFT pour lutter contre la fraude aux diplômes.

Tous ces NFTs permettent de garantir des “transactions” (pas nécessairement financières) entre plusieurs entités qui ne se font pas toujours confiance.

Les NFTs soulèvent également de nouvelles questions : notamment la durabilité, l’impact environnemental (les blockchains sont souvent critiquées pour leur trop grande consommation d’énergie), et la contiguïté (avec des contenus intolérables).

Ubisoft, éditeur de jeux vidéo, a rapidement expérimenté les NFT, tout en choisissant de réduire son impact énergétique : ” Une transaction en bitcoin représente un an de consommation de streaming vidéo, contre 30 secondes sur Tezos ” (un protocole français plus vertueux).

 


 

Ce #PayDecoding Jetons non fongibles pour les nuls vous intéresse ?

Vous en voulez plus ? Accédez à la bibliothèque #PayDecoding